samedi 29 octobre 2011

Lune de sang

Todd Ritter























Dès les premières phrases, courtes, efficaces, le ton est donné. Et vous êtes embarqués sur la piste de ces enfants disparus, sur une période d’une trentaine d’années aux USA, depuis l’alunissage des astronautes américains en 1969 jusqu’à la même performance (fictive) réitérée de nos jours par les chinois. 
L’hypothèse de l’accident avait été retenue lorsqu’on avait retrouvé le vélo de Charlie salement amoché au dessus de chutes proches de sa maison. Il faudra la pugnacité d’une mère, et la volonté de son fils désormais unique de d’accomplir sa dernière demande pour qu’Eric , écrivain connu se lance à la recherche du frère disparu. 
Une fois le décor planté, l’action se déroule tambour battant, aidée en cela par la double enquête menée en parallèle par Nick Donelly, un ancien flic et Kate Campbell chef de la police de Perry Hollow, noeud stratégique de l’énigme : cela donne une dynamique remarquable, les indices et rebondissements se succèdent à un rythme effréné :  on ne s’ennuie pas une seconde.
Ajouté à cela nombres de scènes très visuelles, pour ne pas dire cinématographiques (courses poursuite, combat sur une passerelle délabrée surplombant des chutes d’eau...), tout est en place pour un excellent suspense sur grand écran.
Enfin pour contribuer à nous transformer en «avaleur de pages» (est-ce un bon équivalent pour «page-turner»), chaque fin de chapitre se termine sur une phrase qui réveille la curiosité, et incite à poursuivre la lecture
L’intrigue elle même est fort bien menée. L’auteur nous perd sur de fausses pistes pour mieux nous surprendre lorsque la vérité se fait jour : je n’avais rien vu venir.
L’histoire personnelle des protagonistes est présente en toile de fond, sans alourdir le propos, juste assez pour les rendre sympathiques dans leur quotidien ordinaire : séparations, conflit entre travail et vie de famille, cicatrices des amours de jeunesse...
Il est hautement probable que le premier roman de Todd Ritter, paru en France sous le titre de "Avis de décès" rejoindra mes projets de lecture sous peu

Je remercie Madame Charlotte des Voyages Immobiles et les éditions Ixelles pour ce partenariat fort apprécié

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire