dimanche 29 janvier 2012

Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent

Eric-Emmanuel Schmitt

























Dans un deuxième ouvrage consacré à la musique, après Mozart, Eric Emanuel Schmidt aborde ici Beethoven. Ou plutôt son cheminement musical et le rôle qu’y a joué le compositeur. En effet, ne comptez pas apprendre de croustillantes anecdotes ou approfondir ce que furent la vie et l’oeuvre de Beethoven : hormis le fait que la surdité l’a enfermé dans un ghetto de silence, ce que tout le monde sait. Par contre l’auteur nous conte combien le musicien l’a accompagné tout au long de sa jeunesse à tout moment et de façon exclusive au point d’en arriver à une overdose, et de rester associé à cette période trouble  qu’est l’adolescence. Il faudra des années plus tard une émotion intense ressentie au cours d’une représentation de Fidélio, à laquelle il s’était rendu à contre-coeur pour redécouvrir la beauté et la puissance d’évocation de cette musique.
Tout l’intérêt du récit réside dans le fait qu’il est accompagné d’un disque qui contient les principaux morceaux cités bien  mis en exergue pour que le lecteur les écoute au bon moment, ce que je trouve très intéressant. Tant de romans font référence à des morceaux de musique que l’on aimerait partager en tant réel au cours de la lecture sans que cela soit immédiatement accessible.
Cette première partie du livre est très courte (106 pages écrites gros). Elle est suivie d’une pièce de théâtre, monologue d’une femme «sénior» qui s’inflige l’écoute de Beethoven et pousse la provocation jusqu’à l’imposer aux passants d’un parc public. Cette musique sera rédemptrice pour les amies de la narratrice, ainsi que pour sa belle fille avec qui elle est brouillée, et pour finir pour un jeune danseur de hip-hop bien loin de cette «musique d’église» comme il la désigne lors de leur première rencontre
La pièce est agréable bien que donnant l’impression d’avoir été écrite à la va-vite. Elle aurait mérité un peu plus de liant entre les scènes pour la rendre plus crédible
Cela reste un moment de lecture agréable à condition de ne pas y chercher plus que l’on ne peut y trouver

1 commentaire:

  1. Pardonez mon français. Je suis brezilienne e je ne sais pas ècrire, mas je comprand. Je ai tout livres de Erik Emannuel.Mais cette un est trop cher! Et si vous pense que je besoin payé le post.. uf! Vous pense que cette livre est essenciel pour lire ou seulment pour passer les temps? Merci!

    RépondreSupprimer