vendredi 24 février 2012

D'autres vies que la mienne

Emmanuel Carrère

























«Ecrire sur ce qui me fait le plus peur au monde : la mort d’un enfant pour ses parents, celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari»

C’est pourtant ce que nous propose Emmanuel Carrère. On est d’emblée dans le drame : au Sri Lanka lors du tsunami de 2004 qui dévasta en quelques instants les côtes de nombreux pays d’Asie. L’auteur s’y trouve, sa famille est indemne, autour de lui d’autres ont eu moins de chance : une petite fille a disparu, et retrouver son corps parmi les milliers de victimes sera un but commun pour le groupe; une jeune femme ne sait si son mari est vivant ou mort : ils étaient en voyage de noces. En France se joue en même temps un autre drame : la maladie. Juliette, soeur de la compagne de l’auteur, vit ses derniers instants, baissant les armes devant le cancer qui la ronge.

Exposé de cette façon, le sujet est plombant. Et c’est là que la magie de cette écriture fait merveille. Pas de lourdeur, pas d’apitoiement, juste un regard de témoin, à la fois interrogatif quant à la signification que tout cela peut avoir, et plein de compassion, et près à revoir ce qui construit sa vie, à l’aune de ces malheurs accumulés

Ces êtres atteints à différents degrés  ont pour point commun de faire partie d’un réseau de relations familiales ou professionnelles suffisamment proches pour partager les plus difficiles moments d’une vie : ruptures, maladie, mort. Et sous la plume d’Emmanuel Carrère, ils apparaissent comme de belles personnes, avec leurs doutes, leurs angoisses, et leur désir de bien faire. J’ai particulièrement apprécié la personnalité du juge, ami de Juliette. Il faut vraiment s’appeler Emmanuel Carrère pour réussir à me convaincre que le Droit est un domaine attrayant et que je me passionne pour le fonctionnement des affaires de surendettement! Chaque livre de cet auteur m’a embarqué dans son univers : c’est pourquoi, malgré le peu d’intérêt que j’éprouve pour le personnage évoqué, je vais me plonger dans Limonov

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire