mardi 7 février 2012

Bifteck

Martin Provost















Quel curieux livre, structuré comme un conte pour enfants (la fratrie de 7 dont un se distingue des autres, le voyage initiatique, les énumérations, et la résolution...ici pour le moins inattendue!) prenant ses racines dans cette terre de légende qu’est le far west armoricain et dont le thème central est....la viande. Sortant d’un roman végétarien( «La forêt des 29») le changement de décor a été brutal!

Donc dans notre Quimper à l’époque de la première boucherie mondiale, c’est justement une boucherie (locale) qui voit naitre le héros du récit. Un viandard assumé qui vit pour, dans, avec les morceaux nobles aussi bien que les abats, qui apprend à lire sur les étiquettes et panneaux du magasin, à compter avec la recette. Son passage à l’adolescence en fait un serial-séducteur qui choisit ses victimes en leur tendant une tranche d’un morceau pour connaisseur : l’araignée. C’est ainsi que de conquête en conquête, la fin de la guerre et donc le retour des maris qui ont survécu André se retrouve entouré de sept marmots. Les velléités de vengeance d’un époux cornu ne lui laissent pas le choix : c’est la fuite à bord d’un rafiot, pour des terres lointaines. Les enfants grandissent au cours de ce long voyage. Et puis une terre promise, mère accueillante et femme offerte sera la fin du périple. Quant aux enfants il ne faudra pas moins qu’une faille océanique pour les propulser aux quatre coins du monde, élaborant chacun de leur côté un élément d’une extraordinaire invention dont je tairai bien entendu la nature....


Merci aux éditions Livre de Poche pour ce partenariat dans le cadre de la sélection pour le Prix des lecteurs 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire