samedi 12 mai 2012

Sans raison

Patricia Cornwell







  • GENRE : Polars
  • EDITEUR :
    Deux Terres
  • PARUTION :
    16 Mars 2006
  • PRIX EDITEUR :
    21€76
  • PAGES : 448p.
  • ISBN : 2848930284
  • INFOS PRATIQUES :Traduit de l’américain par Andréa-H Japp








Tout va mal. Scarpetta est en froid avec Benton, d’autant que leur investissement professionnel les éloigne l’un de l’autre. Lucy, la nièce surdouée et atypique de Scarpetta a de gros soucis. Bien entendu un tueur officie dans les environs. Curieusement il s’attaque non seulement aux humains mais aux citronniers et orangers de la région. Deux femmes et deux enfants ont disparu. L’un des 2 jeunes femmes est torturée par un psychopathe qui se proclame Oeil de Dieu et semble être la main armée d’un commanditaire tout puissant («Dieu est dotée d’un a  QI de 150»). Si l’on ajoute à cela un stagiaire odieux et indélicat qui a piraté les dossiers informatiques les plus secrets et qui nourrit une jalousie maladive vis à vis de la bande de Scarpetta, on peut comprendre qu’il est impossible de d’ennuyer en parcourant ces 500 pages, entrant indéniablement dans la catégorie des thrillers (la sensibilité du lecteur peut être mise à mal par les scènes réalistes, pas seulement au cours des investigations de médecine légale, car on assiste aussi au calvaire de l’une des victimes

Du fait de ces multiples départs de feu, le début peut paraître un peu confus. L’horizon se dégage peu à peu, et le lecteur l’a pressenti bien avant que Scarpetta ne l’exprime ainsi : «je ne considère pas qu’il existe un lien entre toutes, toutefois, je le redoute».

Quant à la résolution de l’intrigue, que bien entendu je ne révèlerai pas même sous la torture, je dirai cependant qu’elle est un peu alambiquée, et de ce fait totalement imprévisible.

Beaucoup de scènes me sont apparues familières dès le début au point que j’ai du rechercher si un film n’avait pas été tiré du roman, ce qui n’est pas le cas. L’hypothèse la plus vraisemblable est donc que j’ai du déjà le lire! Sans me souvenir de la fin....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire