samedi 9 juin 2012

C'est une chose étrange à la fin que le monde

Jean d'Ormesson










  • GENRE : Roman Français
  • EDITEUR :
    Robert Laffont
  • PARUTION :
    23 Août 2010
  • PRIX EDITEUR :
    20€24
  • PAGES : 324p.
  • ISBN : 9782221117026



«Chacun sait que, si tout roman est une histoire qui aurait pu être, l’histoire elle-même, d’un bout à l’autre, est un roman qui a été. Mais ce n’est pas seulement l’histoire qui est un roman, et le plus extraordinaire qui soit. l’univers tout entier avec tout ce qu’il contient est un roman fabuleux. C’est pour cette raison, et non pour attirer le chaland, que les page que vous lisez se présentent sous la rubrique : roman»
Cette justification de Jean d’Ormesson est nécessaire, car en effet c’est plus une sorte de bilan, de confession et d’interrogation existentielle que nous parcourons. Erudit non spécialiste, il dresse une histoire de la philosophie et des sciences, pour mieux en arriver à l‘inéluctable conclusion : point de réponse à ce questionnement inhérent à la condition humaine : pourquoi?. Les sciences tentent de percer le mystère : «longtemps le roman de l’univers a été un secret. Grâce à la science, le secret s’est changé en énigme».
La philosophie élabore des échafaudages logiques d’hypothèses, mais nul ne détient la réponse unique qui donnerait un sens à la destinée humaine, que ce soit dans sa dimension collective ou individuelle. L’univers n’est d’ailleurs l’objet d’‘une interrogation que depuis l’apparition de la pensée : 
«on dirait une blague : treize milliards cinq cent millions d’années ne trouvent un début d’explication, longtemps sous forme de délire, que depuis l’apparition de la pensée, il y a quelques dizaines de milliers d’années. Et un tableau d’ensemble - toujours contestable, mais enfin à peu près cohérent - remonte  à peine à cent ans» .

L’une des clefs du mystère est le temps. Temps qui passe, temps à venir, même pas fiable  dans sa constance depuis Einstein et l’école relativiste, départ de tout ou pré-existant à l’univers. L’homme le subit de façon complexe : «nous en sommes prisonniers. Passagère et précaire, affreusement temporaire, coincée entre un avenir qui l’envahit et un passé qui la ronge, notre vie ne cesse jamais de se dérouler dans un présent éternel- ou quasi éternel- toujours en train de s’évanouir et toujours en train de renaître»
L’ultime question est celle de la mort, seul point commun entre tous les êtres quels qu’ils soient. Les religions l’ont accommodée à leurs sauces, entraînant dans leurs cosmogonie des cortèges d’armées et de militants prêts à en découdre.  
Agnostique, l’auteur confesse son ignorance, et, en temps qu’amoureux de la vie, conscient des privilèges qui lui ont facilité la tâche, attend sans hâte, mais sans angoisse, le moment de la révélation ou du néant.
L’intérêt principal de ce «roman» est la synthèse accessible et agréablement rédigée de l’ensemble des grands courants philosophiques et des théories successives de l’univers, que nous présente l’auteur, en un testament  optimiste et lucide






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire