jeudi 28 juin 2012

Les revenants

Laura Kasischke












  • Poche: 672 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (3 janvier 2013)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • Traduction(Anglais) : Eric Chédaille
  • ISBN-10: 2253164526
  • ISBN-13: 978-2253164524














Si je ne disposais que de trois mots pour caractériser ce roman, ce serait excellent polar sociologique

Excellent car le découverte de l'auteur à travers ce roman a été un grand plaisir : écriture fluide, où la traduction sait se faire oublier, avec une intrigue dont la complexité croissante et polyphonique crée une addiction certaine pour le récit, où la mise en danger des personnages crée chez le lecteur une empathie et une implication émotionnelle dont le corollaire est de  ne pas pouvoir lâcher la lecture.

Polar car même si le genre n'est pas explicitement revendiqué, il y a tout de même dès le départ une mort violente, qui ressemble à un banal accident de voiture dans un contexte d'alcoolisation estudiantine, sauf que des discordances apparaissent rapidement dans l'interprétation des témoignages, et là, le lecteur, qui a bien sûr repéré que de nombreuses pages sont encore à découvrir, perçoit bien qu'il y a anguille sous roche! Par contre, et ce serait mon seul bémol, on devine trop rapidement la solution. Encore que, 24 heures après avoir tourné la dernière page, je me demande si j'ai vraiment tout compris, car il me semble que mon interprétation comporte quelques invraisemblances (prête à en discuter en MP avec d'autres lecteurs)

Sociologique, car en thème de fond l'auteur explore l'univers de la société de la classe moyenne américaine, et surtout de la vie des campus universitaires. Certes ce n'est pas le premier ouvrage qui s'intéresse à cette micro-société aux codes singuliers, avec des règles hiérarchiques strictes et des fonctionnements de groupe où les rites d'admission exclusion sont particulièrement prégnants. C'est tout l'art de l'auteur de très bien intégrer les indices qui font progresser l'intrigue dans une analyse à la fois des personnalités des protagonistes en interaction avec ce milieu particulier.
L'intrication des faits réels avec d'autres manifestations plus ambiguës est facilitée par les habitudes hygiéno-diététiques des personnages : drogues et alcools font partie intégrante du régime quotidien des étudiants. Loin d'être banalisée, cette consommation est pointée du doigt comme responsable de dérives et de conséquences dramatiques

Enfin et c'est le thème majeur du roman,  la mort est appréhendée de façon récurrente (enseignement, ressenti, suicide, fantômes)  et confère une ambiance singulière à ce récit.
Je remercie chaleureusement Masse Critique et les éditions Christian Bourgeois pour ce partenariat très apprécié 









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire