lundi 4 juin 2012

Les trois singes

Yves Tanguy






Editions de la rue Nantaise
ISBN : 978-2-919265-18-3
14,5 × 21 cm
Couverture couleur d’Éric Godeau
15 euros















Cinq étoiles, ça veut dire que pas une seule fois je n'ai cherché à savoir à quelle page j'étais arrivée, et dans la foulée évaluer le nombre de pages restant. Certes le roman est court, mais il existe de courts romans dans lesquels on s'ennuie et de longs romans que l'on regrette de quitter. Celui-ci est court, intense, et passionnant : du rythme, du suspens, des dialogues percutants, de la culture ( cinématographique et musicale), de l'humour ( sauf à la fin, parce que là quand même ça rigole plus), bref tous les ingrédients d'un excellent moment de lecture.

L'enquête policière porte sur des crimes en série, reliés par le thème évoqué dans le titre : les trois singes de la sagesse. L'inspecteur Oscar d'Aventure s'y colle. Le narrateur est un médecin généraliste rapidement privé de moyens d'action car mis à mal par un accident de la voie publique. On ajoute au tableau un couple d'amies intimes à la recherche d'un fournisseur de gamètes mâles, proches de notre toubib je parle des amies mais aussi des ganètes), et gravitant autour de ce noyau fondamental, enfants, brigade, épouses et amantes. Reste à trouver le lien qui unit les protagonistes et qui mènera à la solution de l'énigme, en passant par des épisodes dramatiques nécessaire à un bon thriller.

Même si les soupçons se portent rapidement sur l'un des personnages, l'intrigue est bien ficelée, plus mature que dans Chonzac. Parallèlement l'écriture, jubilatoire, me parait plus libérée, plus sûre, pour le plus grand bonheur du lecteur. Les dialogues sont particulièrement réussis : on les entend presque. Ils n'ont pas ce caractère précieux, châtié sur le plan grammatical qui donnent un rendu artificiel et font décrocher du propos. On y retrouve le ton des vieux polars classiques du cinéma.

Bonus pour les bretons : l'histoire se passe à Rennes.   Malheureusement mon absence congénitale de connexions synaptiques dédiées à la fonction GPS m’empêchent de suivre les itinéraires décrits, mais les lieux me sont bien familiers, et c’est jouissif de se sentir autant chez soi dans un roman





"C'est pas grave" par lecafeavec

1 commentaire: