samedi 1 septembre 2012

La vie rêvée d'Ernesto G.

Jean-Michel Guenassia








  • Broché: 544 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (22 août 2012)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226242953
  • ISBN-13: 978-2226242952




C’est un bon roman, c’est une belle histoire... mais ce n’est pas une romance d’aujourd’hui. Cent ans d’une vie trépidante : celle du docteur Joseph Kaplan, de Prague à Alger en passant par Paris. Choisit-il ou est-il choisi? Difficile de le dire quand des micro-événements de la vie personnelle bouleversent le cours de toute une existence. 

Chaque étape est riche d’enseignement, historique, social et culturel. On assiste aussi à la construction d’une personnalité, forgée par les événements, dérisoires ou marquants.

Tout fan du Club des Incorrigibles optimistes prend bien sûr un grand plaisir à retrouver pour mieux les comprendre, les personnages croisés dans le premier roman de jean-Michel Guenassia. Même si la démarche inverse est également possible, ou même la lecture isolée de ce deuxième roman.

Il est difficile de faire la part de la fiction et de la réalité, du romanesque et de l’historique, car le tout est savamment mêlé, ce qui signe un travail de documentation remarquable. Car il est impossible que vous ayez vécu tous ces événements de l’intérieur, Monsieur Guenassia, et pourtant....

L’attachement profond à l’Algérie, déjà suggéré dans le roman précédent, est là manifeste : 
«Si le paradis a jamais existé, , Il aurait pu se situer sur cette côte sublime où à l’infini du regard, au sommet d’une plage de sable immaculée, s’étendait une forêt de pins parasols, gardiens discrets courbés sur la rive, des bouquets de palmiers, une mer opale et ce silence ouaté,  ce vent léger comme un cachemire, quelque part entre Sidi ferruch et Zéralda, si près si loin d’Alger.»

L’écriture est fluide, efficace, les dialogues ciselés et vivants.  C’est à nouveau un vrai coup de coeur, que je n’ai pas dévoré goulûment, mais lu lentement pour en apprécier chaque ligne










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire