jeudi 28 février 2013

Le secret

Wilkie Collins









  • Broché: 571 pages
  • Editeur : Le Masque (1 février 2002)
  • Collection : Labyrinthes
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2702497306
  • ISBN-13: 978-2702497302
  • Existe en ebook











Se plonger dans un roman de Wilkie Collins équivaut à un vertigineux voyage dans le temps dans une ambiance très particulière, liée à la fois à la pugnacité des personnages qu’aucune rédemption ne saurait atteindre, et au contexte social, au coeur de l’Angleterre peu avant l’accession au trône de Victoria, alors que les strates sociales sont strictement définies et les moeurs policées. Le statut de la femme est précaire, à la merci des aléas de la vie. Même si l’on sent poindre un embryon de rébellion contre les convenances chez Rosamond, celle qui ne doit pas connaitre le secret. 


Ce secret est dévoilé  par bribes tout au long du récit où la conscience morale de l’héroïne est mise à rude épreuve, entre le respect des dernières volontés d’une mourante et la crainte de blesser des êtres chers de façon irrémédiable. 

Les personnages sont haut en couleur.  On pense volontiers à Charles Dickens, contemporain de l’auteur : le vieux misanthrope évoque immédiatement Scrooge du Cantique de Noël. L’analogie n’est sans doute pas fortuite puisque les deux hommes n’ont pas seulement vécu à la même époque, ils étaient aussi beau-frères et amis, et ont pu ainsi partager les mêmes sources d’inspiration. 

L’humour n’est pas absent, malgré la gravité du propos. C’est au dépens d’un personnage caricatural, l’hypochondriaque M. Phippen : «Les misères de son estomac l’escortaient fidèlement. Son régime était public et publics étaient ses remèdes».

Si la plume de Wilkie Collins est plus simple et plus abordable que celle de Dickens, on assiste tout de même d à de belles envolées lyriques, particulièrement dans les descriptions des superbes paysages de la Cornouaille, propice aux manifestations surnaturelles pour des âmes émotives ou tourmentées. «Les clartés voilées de la lune, montaient, paisibles et charmantes, dans le ciel oriental»

Confirmation de mon enthousiasme pour cet auteur, découvert il y a deux ans à travers une lecture commune, qui avait fait l’unanimité

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire