samedi 23 mars 2013

L'étoile et la vieille

Michel Rostain







Surprise! A plusieurs niveaux! Même si l’on retrouve en sourdine la même facture de style, discrètement mélancolique mais sans pathos, le thème est beaucoup plus léger que pour «Le fils». La vieillesse n’est pas la mort, elle est le cours des choses. Elle est aussi à l’image de ce que fut la vie, bien ou mal remplie.

Autre énorme surprise : l’identité de l’étoile héroïne! Jusqu’à ce que l’auteur le confirme, l’on doute que ce soit  possible. D’autant qu’il est difficile d’associer l’auteur et cette  musicienne populaire. Même en regardant quelques vidéos en ligne (tout en reconnaissant comme le dit Michel Rostain que seul le spectacle, en live, permet la présence ensemble et la communion). Certes je me souviens d’une sorte de fascination éprouvée lors d’un reportage consacré à la dame, qui assume totalement son image, l’amplifie, en joue, la recrée sans relâche, et avec une honnêteté qui confine à l’innocence...Mais quand même!

Le récit est mené comme un thriller  : aura t-il lieu ou pas ce fichu spectacle; jusqu’à la fin le suspens est conservé, car on l’a bien compris, malgré les ans, elle est capable de tout, notre vedette, du pire comme du meilleur, du fiasco au sublime.

Ecrit avant ou après «Le fils»? c’est la question qui me taraude. J’aimerais que ce soit après.

Merci aux Editions Kéro et à Babelio de m'avoir proposer la lecture de ce livre



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire