samedi 20 avril 2013

Fromont jeune et Risler aîné

Alphonse Daudet








Téléchargeable gratuitement sur

Ebooks libres et gratuits














Quelle était jolie la petite Sidonie, avec ses cheveux bouclés et son air simple! Mais ce n’est pas la montagne et son terrible loup sanguinaire qu’Alphonse Daudet lui fait affronter. Ses humbles origines et son raisonnement limité n’ont de pair que sa détermination à s’affranchir des contraintes matérielles que lui impose ses faibles moyens. Quelle solution plus simple lorsqu’on a un joli minois que d’y parvenir par le biais du mariage. De tous les prétendants qu’elle attire dans sa toile, c’est Risler, l’ainé, qui sera l’élu. Sa petite affaire de papiers peints est prospère et permet à la jeune écervelée de satisfaire ses goûts de luxe exponentiels. Et pour doubler la mise, elle bénéficie des largesses d’un amant qui n’est autre que Fromont, le jeune, associé de Risler. Celui-ci bien entendu, ne se rend compte de rien, tout occupé qu’il est à la conception d’une imprimeuse automatique qui devrait révolutionner la fabrication de ses papiers. Pour tout compliquer, Frantz Risler, le beau-frère, est lui aussi amoureux de la donzelle. Voilà de quoi construire une belle intrigue, marquée par une belle descente aux enfers du trio principal. Ajoutons à cela des personnages secondaires pittoresques : une jeune boiteuse amoureuse de Frantz, dont le père est un acteur has-been qui comme Brice de Nice attend sa vague, un grand père qui a édifié sa fortune personnelle à force de travail, un caissier (on dirait aujourd’hui un comptable) honnête et désespéré par les frasques des deux associés. 


Tout ceci est fort bien mené, et outre le témoignage de l’époque où l’Europe commence sa révolution industrielle, le destin des personnages exerce sur le lecteur une fascination qui n’est pas sans rappeler la fameuse petite chèvre du même auteur. L’écriture, à peine désuète n’est pas sans charme.

C’est un bon moment de lecture qui permet de sortir des sentiers battus des romans archi-connus d’Alphonse Daudet que sont Tartarin de Tarascon ou les Lettres de mon moulin. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire