dimanche 2 juin 2013

Du haut de la décharge sauvage

Philippe Gerin











  • Broché: 250 pages
  • Editeur : LES NOUVEAUX AUTEURS (7 mars 2013)
  • Collection : HORCOL
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2819503195
  • ISBN-13: 978-2819503194










«La nécessité de survivre imposaient ses prérogatives et dominait jusqu’à nos souvenirs qui, contraints, s’effaçait devant la toute-puissance de l’ordre des choses qui nous asservissait par l’entremise de la voix de Jésus»

C’est dans une décharge que Simon, Pierre, Marc, Mathieu et Magdalena se retrouvent pour remettre le fruit de leur mendicité à Jésus. Un fieffé gredin, utilisant la colle à des fins pas prévues sur le mode d’emploi,  violent : il n’a de biblique que son nom. 

Pour reprendre Brassens, un petit prince «avait fleuri au milieu de toute cette bassesse»  : Simon. Il sait LIRE! Et depuis que Jésus a  euthanasié Jude (ce serait plutôt «thanasié» si ce mot existait car le «eu» qui signifie «bien en grec, est ici de trop), rêve de s’échapper sur un «rafiot craquant de la coque au pont». La rencontre d’Ana à l’Hôpital Saint Joseph va modifier le cours de son destin.

L’auteur explore les thématiques du destin, hasard ou nécessité, des origines et de l’appartenance, fondamentaux de l’humanité : l’histoire pourrait avoir lieu dans n’impote quelle contrée de notre planète.

Publié par Les Nouveaux Auteurs, ce roman mérite que l’on s’y arrête. L’écriture m’a particulièrement séduite : fluide bien que complexe, j’en veux pour témoin la phrase citée. 
Elle reflète bien la volonté de double sens et de chausse-trappes qui émaillent le cours du récit. L’on s’y perd pour mieux s’y retrouver. 

2 commentaires:

  1. Je suis en train de le lire. C'est à la fois passionant et dérangeant. Il y a des moments où je suis un peu perdue et ai presque envie d'arrêter, puis je lis quelques pages et boum, c'est la claque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Anne Sophie, je comprends ce que vous ressentez. Mais ça vaut le coup de continuer jusqu'au bout. J'ai eu la chance de passer une soirée avec l'auteur, qui nous a dit que son plan n'était pas construit dès le départ. Seule la première phrase s'est imposée à lui.

      Supprimer