lundi 3 février 2014

Mad about the boy

Helen Fielding











  • Relié: 400 pages
  • Editeur : Jonathan Cape (10 octobre 2013)
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 0224098098
  • ISBN-13: 978-0224098090
Exite en ebook








Nous avions quitté Bridget Jones en 2004, enfin heureuse, dans les bras de Mark Darcy. Dix ans ont passé : Mark est décédé, Bridget élève seule leurs deux enfants. 
Older but no wiser, Bridget continue à rédiger son journal, pour lui confier son désespoir d’être seule, ses bévues au kilomètres, sa lutte contre les kilos (elle va quand même en perdre une vingtaine). Ses amis de toujours la guident avec plus ou moins de bonheur dans ses questionnements existentiels. Et cerise sur le cake, Bridget découvre les réseaux sociaux et les sites de rencontre. Quoi de mieux que la chair fraiche : là voilà couguar , enamourée d’un trentenaire qui comble pour un temps le vide affectif qui la ronge. Seule Bridget ne voit pas que tout près d’elle, dans la vraie vie, quelqu’un pourrait lui tendre la main…

Cette fois encore, Bridget ne fait pas dans la dentelle. Pets, vomis et taches en tous genres constellent ses fringues et ses relations sociales. Et visiblement, ce qui lui colle  la honte fait craquer ses soupirants. Amoureux de la poésie et de la réserve, passez votre chemin, on est très loin de Jane Austen.

Si Bridget souffrait de sa solitude avant de rencontrer l’amour avec Mark, elle est cette fois souvent proche du désespoir, avec ce deuil soudain qui l’a laissée anéantie. Une profonde tristesse la taraude, et contribue au sentiment d’être une mauvaise mère, d’avoir tout raté, de ne pas être à la hauteur.

Restent de nombreux passages très drôles, et le rythme donné par les en-têtes de rédaction du journal intime contribue  au plaisir de la lecture, comme dans les deux premiers tomes. 

L’âge n’a pas lissé la personnalité de notre héroïne : les fans la retrouveront donc avec plaisir. 


Pas sur que le film suive :  l’enthousiasme des producteurs est resté très modéré pour ce tome 3.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire