vendredi 30 mai 2014

Le liseur du 6h27

Jean-Paul Didierlaurent







  • Broché: 217 pages
  • Editeur : AU DIABLE VAUVERT (5 mai 2014)
  • Collection : LITT GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2846268010
  • ISBN-13: 978-2846268011
  • Existe en version numérique









Le chemin qui mène à l'amour peut-être fort tortueux. Et lorsque que l’on est affublé d’un nom et d’un prénom modèles pour un contrepet facile, votre jeunesse pourrie et votre tendance à exprimer des comportements autistiques (« compter était le meilleur moyen qu’il avait trouvé pour ne pas penser au reste ») vous conduisent à un métier pourri, qui ne peut que faire frémir d’horreur tout bibliophile : vous mettez au pilon les innombrables rebuts de l’édition littéraire, engloutis et malaxés au coeur d’une machine démoniaque. Lorsque le monstre est gavé, quelques feuilles échappent au carnage, et ce sont celles-ci que vous lisez le matin dans le métro à un public qui vous apprécie. Et particulièrement deux charmantes mamies, qui vous supplie d’aller faire la lecture là où « ses occupants, qu’ils savourent leur chance, d’avoir si bel endroit pour terminer leur danse ». C’est ainsi qu’Yvon, l’alexandrophile, lui aussi destructeur de livres, nomme la résidence qui lui lui donne un public pour déclamer ses vers. Si l’on ajoute à ce duo Giuseppe, privé de ses jambes par la machine infernale, et bien décider à les retrouver en collectionnant les exemplaires de l’ouvrage pilonné lors de l’accident, on a le terrain de jeu morne de notre héros; jusqu’au jour où une clé USB ramassée dans le RER va modifier cet équilibre précaire…


Le rêve et la poésie ont au rendez-vous, dans ce récit qui aurait pu se donner des airs de Farenheit 451, mais échappe au piège en proposant au lecteur une belle échappée littéraire. C’est plein d’humour, parfois amer, voire noir, mais aussi plein de tendresse et d’espoir. Un très belle découverte et un auteur à suivre


Quand Giuseppe préparait un plateau, c'est toute l'Italie qui tombait dans votre assiette. Après une anchoïade servie avec son fagot de gressins torsadé, le tout accompagné d'un verre de prosecco, suivit une assiettée de scattoni au jambon cru arrosée d'un Lacryma Christi rosso.

J’ai pour tout bien un poisson rouge qui s ‘appelle Rouget de Lisle et compte pour seul amis un cul de jatte qui passe son temps à rechercher ses jambes et un versificateur qui ne sait parler qu’en alexandrins. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire