mercredi 8 octobre 2014

Pétronille

Amélie Nothomb








ISBN :978-2-35641-778-7
Éditeur :Audiolib
Date Parution :
Collection :Littérature
Nombre de pages :147














Que penser de ce cru millésime 2014 de l'incontournable Amélie, qui gratifie la rentrée littéraire de son roman annuel, dans lequel elle insère systématiquement le mot pneu?  Or liquide ou mousseux de kermesse? En tout cas, les allusions à la dégustation œnologique sont inévitables quand le sujet tourne autour de la cuite au champagne, et d'une amitié sulfureuse construite autour d'un partage d'ivresse. 
C'est l'occasion d'aborder, outre les sensations d'ébriété (on n'a pas fait mieux depuis le delirium tremens de Coupeau dans l'assommoir), les vicissitudes de la vie d'écrivain (séances de dédicaces, rituels d'écriture, illusions de gloire vite dissipées par des humiliations ordinaires...), même si Amélie, à l'époque où se situe le récit se déroule n'avait pas la renommée actuelle. C'est aussi l'histoire d'une bien curieuse amitié qui met en scène une autre auteure, débutante mais talentueuse et dont on peut se demander ce qui en elle a pu séduire Amélie tant les deux jeunes femmes sont différentes (origine sociale, opinions politiques, look...)

Globalement l'histoire est bien construite et attractive, sans surprise quant au style d'écriture, utilisant le passé simple et un lexique savamment choisi (surprise d'ailleurs que mademoiselle Nothomb confonde gâchette et détente) . au fur et à mesure de l’évolution de l’intrigue, on se demande comment l'auteure va se sortir d'une telle histoire, la pirouette finale réserve une belle surprise.

Grande première aussi que cette "lecture" auditive, abordée avec circonspection : pour éviter l'écueil du bien-être qui m'envahit jusqu'à l'endormissement quand on me raconte une histoire, ce fut en voiture que j'écoutai le récit. Bonne surprise, la lectrice, au nom digne d'une héroïne de l'auteure (Pulcherie Gadmer!) a  une voix non seulement agréable, mais de plus proche de celle d'Amelie Nothomb, ce qui tombe à pic pour cette narration à la première personne. Beaucoup de dialogues : ici aussi la lectrice est au top, donnant à la "convigne" d'Amélie, une tonalité en contraste  jusqu'à l'illusion d'une deuxième actrice.
L'exercice est cependant très différent d'une lecture de texte, de même que lorsqu'on assiste à une pièce de théâtre, l'on juge souvent moins la pièce que le jeu des acteurs. Le travail intérieur est d'une autre espèce que lalecture personnelle et silencieuse. 


Double réussite donc pour ce partenariat de Masse critique : sur la forme et sur le fond. Je remercie donc Babelio et les éditions Audiolib pour cette expérience intéressante

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire