jeudi 13 novembre 2014

Le problème Spinoza

Irvin Yalom










  • Broché: 656 pages
  • Editeur : Editions Galaade (19 avril 2012)
  • Collection : LITT ETRANGERE
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais): Sylvette Gleize
  • ISBN-10: 2351761510
  • ISBN-13: 978-2351761519







Irvin Yalom est un as pour mettre en scène des personnages historiques, en les imaginent dans des dialogues, qui, mine de rien, contiennent un maximum d’informations, et le lecteur progresse ainsi sans douleur dans la connaissance de ces personnages, au delà de la vie quotidienne, jusque dans leur vision du monde.

Il en fut ainsi pour Freud et Nietzsche dans Et Nietzsche a pleuré. C’est à nouveau le cas pour Spinoza et Rosenberg. Certes ces deux là n’ont jamais pu se rencontrer puisque Spinoza exposa ses idées suffisamment clairement pour être mis au ban de la société juive néerlandaise où il vivait au dix-septième siècle, alors que Rosenberg fut rédacteur de l’organe de presse officiel de NSDAP, à l’époque où ce parti dirigé par Hitler mit en place ses funestes plans.

Le lien se crée entre les deux hommes, parce que Rosenberg, dont il fut difficile de dire s’il était crétin ou génie, tant ses écrits étaient confus, Rosenberg était fasciné par le fait qu’un antisémite comme Goethe puisse admirer Spinoza le juif.

Le roman est également un prétexte pour fustiger, via Spinoza, le dogmatisme des religieux qui font autorité, et qui au nom d’une interprétation peu crédible des écritures, qui ne sont pas d’émanation divine, mais bien la transmission de discours anciens éventuellement déformés, peuvent asservir et contrôlés la foule des fidèles.

La philosophie de Spinoza ne fait pas l’objet d’une analyse exhaustive, mais les principes fondateurs, et le contexte social au sein duquel ils ont vu le jour sont clairement exposés. Et la tâche n’a sûrement pas été facile, car les données personnelles sont maigres dans les archives, la correspondance n’ayant pas été publiée.

L’on perçoit également avec précision les mécanismes qui ont abouti en Allemagne à la montée du nazisme et son cortège d’horreurs.


C’est une lecture facile, instructive et très agréable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire