vendredi 31 juillet 2015

Le théorème du homard

Graeme Simsion









  • Broché: 408 pages
  • Existe en version numérique
  • Editeur : Nil (13 mars 2014)
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Odile Demange
  • ISBN-10: 2841117200
  • ISBN-13: 978-2841117208








Quand on a quarante ans et que l'on est professeur de génétique dans une université australienne, les conventions sociales suggèrent que l'on devrait vivre en couple. Don a peu tenté sa chance et beaucoup échoué dans la recherche d'une compagne. Alors il élabore un questionnaire précis des caractéristiques nécessaires pour répondre au profil d'épouse idéale. Parce qu'il est comme ça Don. Sa vie est normée par une organisation drastique, ce qui lui permet partiellement de compenser un de ses difficultés : comprendre et s'adapter aux émotions d'autrui et donc interagir de façon adaptée avec ses collègues, ses étudiants ou ses amis (peu nombreux ceux-là). Et si l'on ajoute qu'il est particulièrement performant sur le plan de la mémoire, extrêmement doué en aïkido et dote d'un raisonnement logique hors norme, le tableau évoque le syndrome d'Asperger. Curieusement Don ne semble pas se reconnaître même quand il évoque le sujet lors de conférences qu'il anime!

L'irruption de Rosie dans sa vie interfère avec sa quête d'une compagne. Rosie n'est pas éligible : elle est la négation même de la femme idéale : elle fume, est végétarienne, elle ne pratique pas de sport, son milieu social ne semble pas conforme. Seulement voilà : Don ne peut résister à l'envie d'aider cette jeune fille qui cherche son père biologique. Et c'est le début d'une relation complexe, perturbante, autant pour Don que pour Rosie.

Ce roman est en phase avec les récits autobiographiques de Daniel Tammet ou Josef Shovanek, qui nous ont conté les difficultés de leur période de socialisation et les efforts permanents que nécessite cette lacune de reconnaissance des codes sociaux, que ne compensent pas les capacités hors norme de leur intellect. On retrouve ici toutes ces caractéristiques, hormis peut-être l'angoisse face à des situations inhabituelles et qui chez Don se limite à une contrariété. Mais le reste du tableau est bien présent.

L'atmosphère du récit est plus émouvante qu'humoristique et le narrateur a toutes les chances de conquérir immédiatement son public de lecteur, à défaut de trouver sa promise. Les personnages secondaires sont décrits par le filtre de l'analyse du héros ce qui leur donne une tonalité particulière.

Très agréable lecture, qui complète sur un ton romancé, les deux autobiographies citées plus hauts "je suis né un jour bleu" et "je suis à l'est".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire