vendredi 31 juillet 2015

Purgatoire des innocents

Karine Giébel








  • Poche: 637 pages
  • Existe en version numérique
  • Editeur : Pocket (15 mai 2014)
  • Collection : Pocket thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266246240
  • ISBN-13: 978-2266246248








Peut-on aller plus loin dans l'horreur? Je préfère penser que non, car cela serait au-delà de mes capacités de lectrice. J'avoue même avoir passé quelques pages pour m'épargner des scènes de torture , qui de toute façon faisaient peu progresser l'intrigue. Autrement dit, thriller gore, âme sensible s'abstenir.

Ça commence avec un braquage qui foire (deux victimes) et une cavale mise à mal par l'état d'un des braqueurs, blessé. S'arrêter chez un véto pour réclamer du secours, l'idée n'était pas mauvaise. Mais la bande va rapidement se rendre compte que non, ce n'était pas du tout une bonne idée. Car c'est un long cauchemar qui commence.

Le roman met en lumière les relations particulières qui unissent bourreau et victime, et les rapports de soumission qui se modifient selon des codes complexes. Les rôles peuvent s'inverser au gré des échanges en une sorte de hiérarchie morbide.

On a affaire à des personnages très différents : des truands à l'ancienne, avec un code d'honneur et concernés par le gain, mais aussi des pervers particulièrement pathologiques, ayant pour livres de chevet les écrits de Sade.

Quand aux victimes, là aussi nombreuses et variées, elles mettent bien en évidence que la,souffrance les,conduit inévitablement à la trahison, induisant une douleur plus grande encore, car non guérissable.

C'est souvent insoutenable et au cinéma ce serait interdit au moins de 16 ans. L'écrit présente l'avantage de l'auto-censure qui atténue les images mentales décrites par les mots. (Certes devant un écran on peut mettre les mains devant le yeux, mais c'est différent, il reste le bruit et on perd un peu de l'action. 

C'est du grand Karine Giébel, l'un des plus noirs parmi tout ceux que j'ai lu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire