dimanche 1 novembre 2015

Le papyrus de César

Conrad et Ferri








  • Relié: 48 pages
  • Editeur : Editions Albert René (22 octobre 2015)
  • Collection : Les Aventures d'Astérix le Gaulois
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2864972719
  • ISBN-13: 978-2864972716







La  curiosité et la nostalgie sont de bons promoteurs de vente : point besoin de se faire un nom, du moins à la première tentative, pour que l’ouvrage s’amasse en piles monstrueuses dans tous les points de vente spécialisés ou non. Gageons que l’album figurera en bonne place au pied du sapin dans quelques semaines.
 Comme ça, sans tricher, qui peut au pied levé donner les noms des deux auteurs? Je l’avoue, pas moi , bien que je l’’ai lu, et aimé. Mais voilà Astérix et Obélix font partie de la mémoire culturelle collective de ce pays, et ce sont eux qui sont les vrais vedettes.
Cela signifie aussi, que si le lancement est facile, il ne faut pas se rater, car l’esprit du petit village gaulois, on le connaît, les jeux sur les mots, on connaît, les allusions à des phénomènes de société actuels, on les attend, alors on peut « leurrer une fois mille personne, mais pas mille fois une personne » (cf La cité de la peur)

Eh bien, non, Goscinny n’a pas de raison de se retourner dans sa tombe et Uderzo peut être fier de son successeur. Dessin et texte tiennent la voie romaine, les héros sont de retour. On n’atteint peut-être pas la jubilation d’un Astérix chez les Corses ou chez les Bretons, mais c’est quand même un bon cru (de cervoise). Les allusions au monde contemporain sont bien vues et certaines sont fort drôles  : les moyens de communication (« pas de roseau, pas d’appel »), la presse, l’édition, et puis on joue avec les mots avec allégresse : des « colchiques dans les braies », aux solutions pour éliminer « les Thraces rebelles », il y en a pour tout le monde.


Rendez-vous réussi, qui pourrait augurer d’un glissement sémantique  et éditorial : dans la mémoire collective Conrad et Ferri pourraient devenir indissociables de leurs héros, l’on pourrait voir leurs noms figurer en haut de la couverture, tels des gardes du corps de part de d’autre d’Astérix, place qu’occupent encore les auteurs « canal historique », Uderzo et Goscinny.

















2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. J'en ai apprécié la lecture et notamment les jeux de mots et le contexte littéraire et numérique. Heureuse de savoir que la série a et aura encore des suites d'une richesse incontestable. Néanmoins, je trouve les scenarii de cet album et du précédent encore un peu faibles. Mais je reste convaincue que le temps améliorera !

    RépondreSupprimer