lundi 9 novembre 2015

Millenium 4 Ce qui ne me tue pas

David Lagercrantz








  • Editeur : ACTES SUD; Édition : ACTES SUD (27 août 2015)
  • Collection : Actes noirs
  • Existe en audio et en numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330053908
  • ISBN-13: 978-2330053901










Laissons  tomber le débat qui sous-tend l'histoire de la création de ce roman. Après tout, l'ensemble des livres que nous lisons nourrissent un réseau commercial qui fait vivre éditeurs, auteurs et libraires. Alors quand quelqu'un qui n'écrit pas avec les pieds tente d'apaiser la frustration qu'avaient tous les fans de Millénium, liée à la quasi impossibilité de connaître la suitedes aventures de cette héroïne hors du commun qu'est Lisbeth Salander, ne boudons pas notre plaisir.
Il est vrai que nous n'avons pas l’excitation  des premiers tomes, où toute l'histoire était à découvrir, le puzzle se dévoilait au fil des pages pour faire la lumière sur le mystère de la genèse d'une telle personnalité. Mais il en aurait été de même si Stieg Larsson avait pu assurer la suite de la trilogie.

Ce n'est pas simple de s'atteler à une telle gageure. Le fan a de la mémoire. Pas question de le leurrer. Et le pari est réussi : David Lagercrantz a relevé le défi de manière convaincante. Il parvient à compléter la biographie de notre hackeuse préférée, et à construire une intrigue qui tient la route. Sociétés secrètes, journalistes aux abois et rancoeur familiale s'entremêlent avec beaucoup d'adresse pour un scénario très correct. 
Il y a moins de longueurs que dans les premiers tomes, moins de détails inutiles (comme la liste exhaustive d'un caddy de supermarché rempli par Blomqvist).
Les chapitres font place successivement aux différents protagonistes, ce qui suscite l'envie de poursuivre, et l'action devient même haletante dans la dernière partie.
Le thème de l'autisme à haut potentiel, nommé ici le syndrome du savant, est fouillé avec sérieux, même si certaines hypothèses étiologiques sont un peu folkloriques. Et c'est plutôt agréable de sortir Lisbeth de son enfermement en lui adjoignant un compagnon qui lui ressemble.

Enfin, j'ai eu la chance de découvrir ce roman via une opération masse critique, ce dont je remercie Babelio et les éditions Audiolib, mais en version audio.
Le lecteur est remarquable, par ses capacités de modifier sa voix pour donner vie aux différents personnages, y compris féminins, et il insuffle une excellente vitalité  au texte. Par contre, c'est long : 16 heures d'écoute, pas moyen d'accélérer, difficulté pour retrouver un passage précédent, c'est un exercice particulier. Qui de plus à tendance à m'endormir (vertu soporifique de l'histoire du soir), d'où la contrainte de n'écouter qu'en voiture, pour que ma vigilance obligée me permette de suivre.

La fin est réjouissante, car elle promet avec peu de risque de se tromper un cinquième opus (tout n’est pas réglé)

Belle expérience


Challenge pavés 2015-16


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire