lundi 28 décembre 2015

La Terre qui penche

Carole Martinez









  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Gallimard (20 août 2015)
  • Existe en version numérique
  • Collection : Blanche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070149927
  • ISBN-13: 978-2070149926





Les fans de Carole Martinez ne seront pas déçus : on retrouve l’univers médiéval et poétique de l’auteur dont les talents de conteuse sont incontestables.
Le style est très identifiable, le lexique qui emprunte  aux termes médiévaux, et la syntaxe musicale ne laissent pas de surprise : on retrouve l’ambiance du Domaine des Murmures;

L’histoire se situe au quatorzième siècle sur les rives d’une rivière enchantée, maléfique ou bienveillante selon qu’elle éprouve haine ou tendresse pour ceux qui s’en approchent. Au domaine des Murmures, deux siècles après la disparition d’Esclarmonde, l’héroïne murée, la population a été décimée par le mal noir, la pestilence qui a frappé au hasard et dépeuplé la campagne. La jeune Blanche a survécu, orpheline de mère, et son père l’accompagne à douze ans chez son futur époux pour la préparer à ses noces avec Aymon, un enfant aux yeux clairs et au regard vide, beau comme un ange, prisonnier d’un esprit bancal.

Le discours de la toute jeune fiancée alterne avec celui d’une morte, son enfance, disparue à l’âge de douze ans : 

« Demain, j’aurai treize ans. mon enfance est finie, mais ma vie continue »

Outre l’apprentissage de la lecture er de l’écriture, Blanche croise des êtres lumineux ou obscurs, doux ou cruels, morts ou vivants , réels ou imaginaires, qui l’amènent peu à peu vers la maitrise de son destin. Les amis se perdent dans la maladie ou les combats. Son ami le plus fidèle, un cheval subira la justice des hommes pour voir protégé sa maitresse.
Au hasard des rencontres, la trame  de l’histoire se dévoile, l’écheveau des non-dits se démêle, et l’enfant se construit, forte et droite.

La figure masculine est mise à mal : violence, pulsions mortifères, cruauté ou déficience, peu d’hommes échappent à la vindicte de l’auteur. Seul Eloi le charpentier séduit par sa bonté et sa noblesse Blanche et Aymon, tout en jouant une partition étrange au sein d’un trio amoureux voué au malheur.

Dans un univers animiste où les âmes errantes évoluent parmi les vivants, où les animaux et les arbres participent à cette folle farandole, le fantastique illumine un récit magique, à la fois féroce et enchanteur. En d’autres temps Carole Martinez aurait pu finir sur le bûcher pour utilisation de la sorcellerie qui envoute son lectorat, captif d’un charme irrésistible.

Enfin, un peu comme un bonus de générique, je lance un débat : Blanche est-elle morte à l’âge de douze ans? Ma réponse se trouve quelques lignes plus haut.




Mourir n'était pas sa fin, l'homme employait toute son imagination - cette qualité stupéfiante qui fait de lui la première merveille de la création - à inventer un sens à tout cela. Coûte que coûte.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire