samedi 9 avril 2016

Moriarty Le chien des d'Urberville

Kim Newman








  • Broché: 432 pages
  • Editeur : Bragelonne (18 novembre 2015)
  • Collection : Victorien
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Leslie Damant-Jeandel
  • ISBN-10: 2352949025
  • ISBN-13: 978-2352949022













J’ai bien cru que je n’en viendrais jamais à bout…condamnée à cohabiter pour l’éternité avec une foultitude de personnages complexes, ne faisant pas partie de mes références de héros malfaisants, dans des situations tordues générant des actions musclées pas claires….Natation pas synchronisée en eau trouble!

La bande de méchants de toutes origines (on retrouve pêle-mêle Lupin, La Cagliostrio,  Irène Adler, le docteur Mabuse et bien d'autre)  présente beaucoup de similitudes avec un panier de crabes enragés, qui non seulement tentent de tirer profit (l’argent est le nerf de la guerre)  d’actions toutes réprimées par la loi, mais de plus se tendent des embuscades entre eux.
Tout cela resterait gérable si le récit n’était pas en plus saturé de références, loin d’être toutes annotées ( ce qui rendrait la lecture encore plus pénible de toute façon) et donc incompréhensible en raison de mon inculture.

Et c’est dommage, car tout de même les aventures rocambolesques de Moran, et de Moriarty sont traitées avec beaucoup d’humour, très noir, très anglais et réjouissant. Et le personnage de Moran est remarquable de cynisme, de roublardise et d’intelligence. Mais ça ne suffit pas pour rendre le tout digeste et agréable. Je ne remets pas du tout en cause le talent de l’auteur, c’est brillant, érudit, et maitrisé, mais voilà, ce n’est pas mon univers.

Le découpage en histoires distinctes aurait pu constituer un remède à l’ennui mais à part dans l’histoire du chien des d’Urberville (et ce n’est pas un hasard , car Tess je connais bien)  je me suis retrouvée dans la peau d’un cancre pour qui le verbiage du prof n’est qu’une musique sans signification, et qui attend heure après heure que la cloche sonne.



Erreur de casting…..A n’envisager que si l’on possède de solides connaissances des écrits de Sir Arthur Conan Doyle, et peut-être d’autres que je n’ai pas identifiés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire