mardi 18 octobre 2016

Chanson douce

Leila Slimani







  • Broché: 240 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : 01 (18 août 2016)
  • Collection : Blanche
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070196674
  • ISBN-13: 978-2070196678










C'est clair, d'entrée de jeu, Leila Slimani ne ménage pas son lecteur. La scène inaugurale est sordide et fait froid dans le dos ( on comprend l'angoisse suscitée chez les mères qui confient leurs enfants, même à des « perles » pour pouvoir se consacrer à leur travail). 

Et la suite n'est pas faite pour rassurer : la relation qui s'installe entre Paul, Myriam et Louise n'a au départ rien d'inquiétant. Bien au contraire, les parents comblés par la qualité des services de cette femme si dévouée , si prévenante, voient d'un œil bienveillant les bénéfices mesurables sur leur vie quotidienne : ils ont embauché la baby-sitter  parfaite, une fée qui met de l'ordre dans leur vie , une Mary Poppins, une nounou de rêve . 

C'est compliqué d'être patron, de trouver la bonne distance, de faire preuve de gratitude sans humilier , et d'autorité sans blesser . C'est le coeur de l'intrigue, le  problème de la place prise (ou abandonnée par facilité à la jeune femme dont on ne connaît pas l'intimité, le passé, les galères) 
Même les enfants y ont trouvé leur compte, jusqu'à ce que la situation échappe à tout le monde. 

Les faits divers n'arrivent pas précédés de tambours et trompettes, et c'est tellement habituel que des proches soient abasourdis par les exactions de tel ou tel criminel, qui était un voisin si poli, si discret, jamais d'histoire.....et c'est aussi ce qui intensifie l'angoisse, plus dense et sournoise que dans un polar qui traite d'une enquête autour d'un tueur en série : celui-là , on le voit venir, il est l'incarnation du mal, les rôles sont distribués, il est sans doute plus facile à repérer et il ne viendrait à l’idée de personne de l’embaucher pour lui confier ce que l’on a de plus cher au monde! . Mais ici, les victimes comme le criminel sont tellement banals,  tellement ordinaires que la suspicion n'a plus de support déviant pour canaliser les craintes.

Mine de rien, c'est aussi un état des lieux de la parentalité, des contraintes inhérentes aux doubles vies que vivent les jeunes parents tiraillés entre la réussite professionnelle et les exigences d'une vie familiale. Il n'y a pas de choix à faire, mais il n'en reste pas moins que ce n'est pas simple tous les jours.

Je n’ai pas complètement adhéré à cette histoire, peut-être parce que les motivations et le déroulement des faits qui amènent au drame   ne me paraissent pas si clairs et qu’il reste une part non élucidée du passé de la meurtrière, qui empêchent de comprendre ce qui s’est réellement passé. C’est sans doute volontaire de la part de l’auteur, mais ça m’a laissé une impression d’inachevé.

Chanson douce, mais bien amère que celle que nous chante l'auteur. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire