samedi 5 novembre 2016

Nous irons tous au paradis

Fannie Flagg







  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Le Cherche Midi (1 octobre 2016)
  • Collection : ROMANS
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • Traduction (Anglais) : Jean-Luc Piningre
  • ISBN-10: 2749136318
  • ISBN-13: 978-2749136318










Fannie Flagg, l’auteur des fameux Beignets de tomates vertes, nous propose une fable, peuplée de voisins lourds, d’enfants affectueux, de familles tourmentées et d’une vieille dame mi-fée mi sorcière, à qui il va arriver une drôle d’aventure.
 Dans le quartier où vit Elner Shimfissle, la vieille dame dont la date de naissance est un secret confié à une bible perdue, tout le monde se connaît. Alors lorsque l’intrépide lady se fait attaquer par un essaim de guêpe dans le figuier où elle avait grimpé, sa chute ne passe pas inaperçue. D’autant que la petite communauté est unanime pour apprécier les qualités relationnelles de l’aïeule .
Malheureusement, à l’hôpital, on annonce à la famille éplorée que le traumatisme subi a été fatal.

Si la nouvelle se répand comme une trainée de poudre, Elner vit pendant ce temps une très curieuse expérience…..

Les premiers chapitres peuvent inquiéter même un fan de Fannie Flagg : ils ont la consistance d’un marshmallow rose. Des potins de quartiers des histoires de couple assez banales, des âmes quasi-perdues sauvées in extrémis par la vieille dame et cerise sur le gâteau ,  lorsque Miss Elner nous emmène dans l’au-delà , on reste un peu dubitatif sur l’intérêt du roman. Et puis peu à peu, des allusions, des découvertes étranges (un pistolet au fond d’un panier de linge sale??!!!…) maintiennent l’attention du lecteur, qui , futé, se doute que des secrets seront un jour révélés et s’arme d’un peu de patience pour assister aux aventures peu mouvementées des américains moyens de Kansas City

Léger et drôle, ce roman n’en aborde pas moins le thème de la vie après la mort, en évoquant les expériences de mort imminente. Fannie Flagg réussit cependant à ne ps trop s’appesantir sur l’épisode en lui même, pour plutôt en envisager les conséquences engendrées par une telle expérience. 


Emotion et humour sont au rendez-vous encore une fois, mais sans doute avec moins de mordant que dans les romans précédents. Cela reste une lecture agréable, à intercaler entre deux romans bien noirs.




Pourquoi écrire de la fiction? Et pourquoi en lire? Dialoguez avec n'importe quelle personne de plus de soixante ans , et vous obtenez un roman bien meilleur, certainenemt plus intéressant que n'importe quelle fiction de n'importe quel écrivain. Pourquoi même essayer?

*

C'est drôle de penser que, des années durant, on s'efforce de trouver un sens à la vie, alors qu'il s'git simplement de l'apprécier 






2 commentaires:

  1. J'ai été emballée par la lecture des "Beignets" et j'ai toujours plaisir à relire cette autrice, même si je ne retrouve plus la fougue et l'ardeur des personnages si attachants du premier opus.

    RépondreSupprimer
  2. C'est exactement ce que je ressens aussi.

    RépondreSupprimer