vendredi 24 février 2017

Le cri

Nicolas Beuglet









  • Broché: 494 pages
  • Editeur : XO (8 septembre 2016)
  • Langue : Français
  • Existe en version numérique 
  • ISBN-10: 2845638205
  • ISBN-13: 978-2845638204







Elle n’est pas bien en forme, Sarah Geringën, lorsque l’auteur nous la présente : elle vient de se faire larguer mochement par son compagnon, ce qui fait resurgir sa tendance pathologique à somatiser. Deux solutions : ou l’on devient inapte à toute activité, au risque de sombrer dans la folie, ou bien le travail est utilisé comme une médication, un paravent pour ne pas entrevoir la triste réalité. C’est la deuxième option qui permet au roman de voir le jour dans la rubrique polar, et quel polar! Sarah se retrouve dans hôpital psychiatrique, (pour y mener l’enquête , bien entendu), à la suite de l’appel de l’un des employés qui signale le décès d’un patient. Sur place, un état des lieux superficiel pourrait faire conclure à un suicide.  Cependant, outre le fait que tout indique que le corps a été déplacé après la mort, et que la victime porte sur le front une cicatrice énigmatique « 488 », les conclusions du légiste sont formelles : l’homme est mort de peur.

A partir de ce moment, prendre une grande inspiration, avant de les lancer dans l’aventure, car il n’y aura plus de répit. Sarah Geringën a mis le doigt dans un engrenage qui la conduira en France aux côtés d’un journaliste tonique et peu timoré, pour vivre ensemble une investigation tonitruante et cauchemardesque (Indiana Jones , c’est de la roupie de sansonnet en comparaison.) Sarah et Cjristopher ont quelque chose de surhumain dans leur obstination. Ils font partie de ces héros qui ne mangent ni ne dorment (ou très peu et le réveil est toujours intempestif). Et si ce n’était l'épaisseur sous vos doigts des pages à venir, il est bien des chapitres où l’on ne donne pas cher de leur peau.

Leur curiosité et leur opiniâtreté les mènent sur un terrain jalousement tenu secret par les plus hautes autorités, qui ne souhaitent pas voir exposer en place publique les sinistres expériences pseudo-scientifiques destinées à savoir si , oui ou non, il y a quelque chose après la mort.

Un enquête menée tambour battant, destinée aux amateurs d’action intensive, et qui ne crachent pas sur un peu d’ésotérisme pour pimenter la trame.


De quoi donner envie de découvrir le premier roman de l’auteur, signé du nom de Nicolas Sker, et qui explore le domaine de l’anthropologie, qui a remettre en cause les principes fondamentaux de cette science. On aimerait le lire en poche.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire