vendredi 3 février 2017

Petit pays

Gaël Faye








  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Grasset (24 août 2016)
  • Collection : Littérature Française
  • Existe en version numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2246857333
  • ISBN-13: 978-2246857334










Quand on évoque le Burundi et le Rwanda, ce sont des images insoutenables qui surgissent immédiatement. Les deux états sont associés à la vision de machettes ensanglantées, de familles détruites, de séparations, de fuites, et de déchirure. Deux générations ont vécu avec cette ambiance mortifère. Est-ce fini? A qui la faute? 
Ce ne sont pas ces questions que se pose le jeune Gaby, né d’une mère rwandaise et d’un père français. Lorsqu’il interroge ce dernier, c’est parce qu’il vient de prendre conscience de l’existence de deux façons d’être : Hutu ou Tutsie. C’est une réponse en forme de pirouette qu’il obtient : c’est l’importance de l’appendice nasal qui différencie les deux ethnies! Cela suffit à l’enfant qui s’applique à attribuer à chaque nez son origine, amis, voisins ou célébrités médiatiques, la répartition devient un  jeu, mais par pour longtemps.
Alors que le feu qui couve sous la cendre, Gaby vit au rythme des disputes de ses parents, de ses expéditions de rapines de mangues,  ou de la recherche de son vélo volé. Jusqu’à ce que le malheur atteigne aussi ses proches.

C’est le filtre d’un regard d’enfant qui donne le ton à ce récit. Le sens de ce qu’il observe et tente de comprendre ne se construit qu’avec le temps. Ce qui compte c’est l’immédiat, les repères familiaux, les copains. Ce n’est qu’à travers les regards échangés, les conciliabules, que le danger prend vie, encore distinct de la légende qui entoure les héros familiaux.

Avec la maturité et le recul, la conscience de l’absurdité et le cauchemar au quotidien deviennent des réalités, des ombres sur l’existence, des souvenirs cruels, même après l’exil.

De bien belles pages, drôles, tragiques , nostalgiques , amères et poétiques à la fois.

Comme d’habitude , les lycéens ne se sont pas trompés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire