jeudi 2 mars 2017

Article 353 du code pénal

Tanguy Viel







  • Broché: 176 pages
  • Editeur : MINUIT (3 janvier 2017)
  • Collection : ROMANS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707343072
  • ISBN-13: 978-2707343079









Si l’on ne connaissait pas Tanguy Viel, il n’est pas certain que le titre de ce roman, même sur une couverture de la collection blanche, déchaine l’enthousiasme des foules de lecteur. A fortiori quand on sait que ce titre a été allégé (il s’agit dans les faits de l’article 353 du code de procédure pénal).
Ne nous fions donc pas aux apparences, ce récit n’a rien de rébarbatif ni d’obscur.

Les faits bruts sont établis dès les premières lignes : Kermeur a foutu Lazenec à la baille , juste après que celui-ci lui offrait le homard prisonnier du casier remonté à bord du Merry Fisher 930.

Le dénommé Kermeur dispose à partir de ce moment de 174 pages pour développer son argumentaire face au juge. Comment en est-il arrivé là? Qui est ce Lazenec généreux en homard, péché d’un bateau financé par un abus de biens publics? 

On est immédiatement dans l’ambiance de ce récit du far-ouest. contrairement à d’autres auteurs, qui font semblant d’être allé à Crozon pour visiter une bibliothèque improbable*, on identifie les décors, on s’y croit, on y est. Et si par moment, Kermeur a des envolées lyriques un peu trop travaillées, sa façon de s’exprimer fleure bon le terroir, les embruns. Et c’est avec une logique implacable qu’il refait l’histoire, celle d’une arnaque immobilière, inouïe, celle de la perversité d’un personnage malfaisant et suffisamment adroit pour embobiner tout un village sans péril, celle d’un homme qui n’a plus rien à perdre et qui ne voit pas d’autre issue que de se faire justice lui-même.

Et la justice dans tout ça?

Avant que la cour d'assises se retire, le président donne lecture de l'instruction suivante, qui est, en outre, affichée en gros caractères, dans le lieu le plus apparent de la chambre des délibérations  :

" Sous réserve de l'exigence de motivation de la décision, la loi ne demande pas compte à chacun des juges et jurés composant la cour d'assises des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquelles ils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d'une preuve ; elle leur prescrit de s'interroger eux-mêmes dans le silence et le recueillement et de chercher, dans la sincérité de leur conscience, quelle impression ont faite, sur leur raison, les preuves rapportées contre l'accusé, et les moyens de sa défense. La loi ne leur fait que cette seule question, qui renferme toute la mesure de leurs devoirs : " Avez-vous une intime conviction ? ". 


Kermeur plaide. Avec ses tripes. Et avec toute l’adresse et le savoir faire de l’auteur, il emporte sans aucun doute l’intime conviction du lecteur d’avoir affaire à un roman de grande valeur .



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire