vendredi 10 mars 2017

Candide

Voltaire






  • Poche: 93 pages
  • Editeur : J'ai lu (25 août 2012)
  • Collection : Librio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290038598
  • ISBN-13: 978-2290038598






Candide est un roc, un pic , une montagne. Indéboulonnable du programme du bac. Voltaire continue à bien se porter dans la sphère de l’édition littéraire en France (il est vrai que son Traité sur l’intolérance a particulièrement fait recette après les attentats qui ont endeuillé le pays). 
J’y vois deux explications : 

Le caractère accessible de la lecture : au premier degré, on a une histoire mouvementée, truculente, excessive dans ses rebondissements, écrite d’une plume alerte et malicieuse, en constant décalage, renforcé par la naïveté du jeune homme, imprégné des balivernes enseignées par son mentor Pangloss.
C’est beaucoup plus engageant qu’un ouvrage théorique pontifiant et dogmatique.

Ce la n’empêche pas et même cela favorise l’expression d’une critique acerbe, c’est l’intérêt de la parodie et de la satire, d’écrire son fait aux cibles visées.

Sur la religion, si les prêtres sont fustigés à l’aune de leurs moeurs plus que contestables, Dieu est aussi perçu comme quelqu’un qui a fui ses responsabilités et qu’il est inutile d’implorer, c’est aux hommes de prendre en main leur destin.

Voltaire s’attaque aussi avec virulence à la guerre et à ses absurdités (et la religion n’est pas innocente dans le processus, et cela bien au-delà du siècle des lumières) ainsi qu’à l’esclavage : la rencontre avec l’esclave estropié est un choc pour Candide. Pas besoin d’une diatribe pour faire comprendre que Voltaire n’approuve pas.

L’aristocratie et ses prérequis de sélection à l’ancienneté des titres, prétentieuse, orgueilleuse, est celle par qui le malheur arrive : Candide est chassé du paradis terrestre et devra faire son apprentissage et confronter ses connaissances théoriques à la réalité du terrain.

C’est donc un véritable roman d’apprentissage, que ce voyage insensé effectué par Candide. A partir des certitudes initiales, fondées sur une vision caricaturale de la philosophie de Leibniz qui repose sur une harmonie pré-établie de l’univers, Candide observe, analyse et contrairement à panosse évolue peu à peu dans sa façon de penser, pour aboutir à une sagesse tout orientale : le bonheur est dans la simplicité et le dénuement.


L’oeuvre ne vieillit pas, tant dans sa simplicité de lecture, et dans la richesse de l’enseignement philosophique qu’elle contient . 


L’avez-vous bien lu? Qui est le père de Candide?



Cependant à force de médecines et de saignées, la maladie de Candide devint sérieuse.

*

- Ô Pangloss ! s’écria Candide, tu n’avais pas deviné cette abomination ; c’en est fait, il faudra qu’à la fin je renonce à ton optimisme.
- Qu’est-ce qu’optimisme ? disait Cacambo.
- Hélas ! dit Candide, c’est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal.

*

Je voulus cent fois me tuer, mais j’aimais encore la vie. Cette faiblesse ridicule est peut-être un de nos penchants les plus funestes : car y a-t-il rien de plus sot que de vouloir porter continuellement un fardeau qu’on veut toujours jeter par terre ; d’avoir son être en horreur, et de tenir à son être ; enfin de caresser le serpent qui nous dévore, jusqu’à ce qu’il nous ait mangé le cœur ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire