dimanche 20 août 2017

La brigade du rire

Gérard Mordillat






  • Broché: 528 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (19 août 2015)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Existe en format numérique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226318089
  • ISBN-13: 978-2226318084










Le propos initial est assez banal : une bande de potes de lycée qu’une victoire lors d’un tournoi de hand-ball immortalisée par une coupe et un entre-filet dans l’Equipe a soudé pour la vie, se retrouve quelques années après l’événement, façon « on s’était dit rendez-vous dans dix ans ». Ils sont presque tous là, et apprennent de la bouche de sa compagne disparition de l’un deux. Elle le remplacera.
Et qu’avait derrière la tête l’initiateur des retrouvailles? Qu’est ce qui peut encore unir ces anciens sportifs que la vie a éloignés? Les corps et les préoccupations ont évolués, mais reste au fond d’eux la hargne contre le système pourri du libéralisme et la concentration des richesses entre les mains de quelques uns. Le dessein se fait jour : les compères décident d’enlever le chantre du capitalisme nationaliste, Pierre Ramut, éditorialiste de Valeurs françaises.
Pour une séquestration formatrice : le lascar est enfermé dans un bunker avec une perceuse  et des plaques de duralumin , une cadence à soutenir, un salaire équivalent au SMIC moins 20% pour concurrencer les chinois et de la bouffe de supermarché, dont le coût est prélevé sur le salaire. Educatif.
Au cours des mois de détention, le lecteur fait connaissance avec chaque kidnappeur, qui livre ses douleurs plus ou moins vives, ses chagrins et sa révolte. 
C’est aussi l’occasion d’une diatribe bien sentie sur la société dans laquelle nous vivons, ses inégalités et ses injustices flagrantes, bien illustrée et documentée, mais on n’en attendait pas moins de l’auteur de La Sociale.

Le roman est épais, mais s’avale sans difficultés, avec même un effet de page-turner lorsqu’avec le temps qui passe, on se demande bien comment vont s’en sortir le reclus et ses geôliers.

Les personnages féminins sont très caricaturaux, façon pin-up de calendriers, mais apportent un peu de fantaisie au propos qui, somme toute, est assez noir.


Un très bon moment de lecture, distrayant et instructif, avec la voix de Mr Mordillat qui m’a accompagnée en filigrane.

Challenge Pavés 2017 Lutte contre l'illettrisme Babelio




Une chose a changé : avant on avait un métier, après on a eu un travail puis un emploi et maintenant on a un job quand c'est pas un stage. C'est à dire une misère. Alors tous les jours je me demande ce que les salariés ont dans le crâne à protéger cette misère comme un trésor. Ou plutôt : qu'est ce qu'ils n'ont pas ou plus dans la tête ?

*

...j'ai pensé que seul un très petit nombre de livres méritait que l'on s'y plonge jusqu'à s'y perdre ou s'y trouver. A la réflexion, je crois que cela vaut pour tous les livres. Parce que le livre en soi n'est rien, il n'est que le support du mot. Et, que ce soit un roman de gare, un traité de géographie ou Le Capital, la vérité de ce que nous sommes peut sortir de n'importe quel mot lu dans n'importe quel livre.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire