jeudi 10 août 2017

La Mémoire de Babel La Passe Miroir T3

Christelle Dabos























Grand plaisir de retrouver l’héroïne aux lunettes émotives et à l’écharpe fusionnelle! D’autant que l’attente fût longue. 
La crainte d’une lassitude est latente lorsqu’on accroche les wagons d’une série : pas de déception ici, et c’est même sans doute celui que j’ai préféré des trois parus. L’action est sans doute moins alambiquée, tout se passe quasiment sur Babel, les personnages sont moins nombreux. On a affaire à une véritable intrigue policière , dont l’enquêtrice est Ophélie elle-même.

L’ensemble reste tout de même très inventif : hybride de  Lewis Caroll et de J. K. Rolling, on imagine sans peine un Tim Burton s’emparer de l’affaire pour concocter une réalisation sur grand écran.

On perçoit aussi l’évolution d’Ophélie, qui affiche deux ans de plus, qui tire partiellement parti de ses expériences passées. Si elle reste encore prisonnière de son manque de confiance, elle parvient à se dépasser d’autant qu’elle prend aussi conscience de la mission de grande envergure qui se dessine pour elle, bien au delà de sa volonté de retrouver son époux. Déterminée et prête à enfreindre les tabous, elle garde cependant des zones de fragilité qui la rendent toujours aussi touchante.

J’ai beaucoup apprécié le décor et l’analyse du fonctionnement de la cité de Babel, une arche dont l’apparente perfection cache un pouvoir totalitaire et avec ce que cela implique : délation, contrôles, surveillance ubiquitaire, négationisme…

L’auteur n’oublie pas les livres, qui sont au coeur de l’intrigue, dans cette sorte de grande école où la concurrence fait rage pour devenir « virtuose ». 


Le quatrième tome se fera t-il aussi longtemps attendre? Est-il prudent de laisser les arches dans l’état de précarité et d'instabilité décrit par l’auteur? 



Ophélie ôta ses lunettes et frotta longuement ses yeux brûlants. A force de fixer du texte, elle avait des mots imprimés jusque sous les paupières. Alors qu'elle s'étirait sur sa chaise, elle leva la tête vers le plafond. Ou plutôt vers le sol. des visiteurs y marchaient à l'envers, évoluant en silence entre les rayonnages des bibliothèques. Cela lui faisait toujours un drôle d'effet de penser que c'était elle qui se trouvait en haut et eux en bas.

*

Il m’a fallu plus de deux ans pour mettre en place des groupes de lecture qualifiés afin de passer au crible toutes les collections. Le premier ouvrage que vous prenez par inadvertance est le bon. Votre propension à malmener les statistiques est effrayante.

*

Fête de l’Argenterie, fête des Instruments de musique, fête des Bottes, fête des Chapeaux… Chaque année, y a une nouvelle guindaille dans le calendrier ! Bientôt, verrez qu’on fêtera les pots de chambre. D’mon temps, on ne gâtait pas les objets comme aujourd’hui, et après on s’étonne qu’ils nous fassent des caprices.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire